Notre Esprit

Les 3R :

Réverbère, Rato, Rouen.

Depuis 35 ans, un lieu de vie et de rencontre incontournable

Le 3 Novembre 1980, Eric Blondeau et José Rato ravivaient la flamme du Restaurant de l’Hôtel de Bordeaux déjà baptisé » le Réverbère »

Été 1992, le « petit salon » verra le jour, A l’écart de la grande salle, il offre aujourd’hui encore un espace plus intimiste pour les repas d’affaires ou les dîners-réunion.

2005, Un Nouveau design sera mis en place pour ce millésime, illustrant au travers d’un choix de couleurs typiquement ibériques, les origines culturelles de José Rato. Cette année voit naître également une nouvelle carte et, pour apporter aux hôtes une plus grande liberté en allégeant leur estomac, Le Réverbère innove en proposant « les petites doses »

2008, Après cette forte affirmation identitaire, un laboratoire de création prendra place dans les cuisines, elles aussi rénovées. Ce Laboratoire constiturera pour José Rato et sa Brigade, un outil de travail.

restaurant-rouen-chic-decoration-design-le-reverbere-rouen

slide-rouen

Comme tous les êtres passionnés, un brin excessif, nous saurons lui pardonner, car c’est pour notre plus grand bonheur. José Rato se revendique autodidacte. il a été à l’école Jean Dumonet, son Maître « Restaurant Joséphine Paris 6ème ». Celui-ci a su lui transmettre, la générosité, la convivialité, l’excessivité, qu’il pratique lui même à son tour au Réverbère.

Que de chemin parcouru depuis son arrivée en France à l’âge de 13 ans pour rejoindre papa depuis Coimbra au Portugal, sa terre natale. De La Bourgogne à Paris, « ses terres d’élevage » José Rato rejoindra la Normandie « sa terre de production ». haut de gamme qui les assistera quotidiennement dans l’élaboration des recettes.

Le Restaurant Le Réverbère est devenu aujourd’hui, un endroit reconnu de la gastronomie rouennaise. Un lieu prisé de l’amateur de bonne table, où l’on savoure la cuisine à la fois rigoureuse et inventive de José Rato

Trente cinq ans après sa création, le Réverbère continue de briller fièrement, nimbant de ses halos gustatifs la ville aux cent clochers.